mercredi 22 décembre 2010

Tunisie Télécom : la fuite en avant !

Chez Tunisie Télécom, on n’a pas fini de vous étonner. Sauf que vous ne risquez plus d’y revenir. Même pas par hasard.

L’opérateur public, fidèle à ses intentions, toujours aussi bonnes à l’endroit de l’usager qu’on n’a pas fini d’essorer, vient de nous gratifier de nouvelles offres douteuses, censées crucifier une concurrence qui se fait de plus en plus vive mais qui révèlent en définitive les vraies visées de la firme : étendre encore plus son emprise sur le marché pendant qu’il en est encore temps. C’est-à-dire avant l’installation définitive de ses concurrents sur le seul marché où son monopole “soviétique” demeure intact, celui de la téléphonie fixe.

Dans une récente communication commerciale, Tunisie Télécom explose le tarif de la minute du fixe local, multiplié par cinq pour l’occasion ! De 10/20 millimes (selon la plage tarifaire) à 50 millimes. Du jamais vu dans le monde des télécommunications où les tarifs ont tendance plutôt à baisser au fil du temps. En témoignent par exemple les baisses successives des tarifs d’accès à l’ADSL depuis son avènement en Tunisie - mais qui demeurent encore élevés comparativement à un pays comme le Maroc, dont le niveau de vie moyen est bien plus inférieur à celui de la Tunisie. Les “télécoms” ont trouvé un nom commercial pour justifier cette obscénité infligée à ses abonnés en évoquant une "harmonisation" de leurs tarifs. Après l’"ajustement" qui touche régulièrement les prix des denrées alimentaires de base et les carburants, voici que notre vocabulaire économique national s'enrichit avec des termes qui expriment parfaitement les enjeux des mutations de l'économie nationale dont les ménages sont les éternelles victimes.

Plus loin dans ce communiqué de presse qui sonne comme une insulte à l’intelligence de nos concitoyens, on apprend que la redevance du téléphone passe de 8DT par trimestre à 6DT par... mois !! Une formulation alambiquée pour dire qu’elle vient tout simplement de plus que doubler ! Bravo Tunisie Télécom, bien “harmonisé” !

Pour justifier ces hausses tarifaires scandaleuses, Tunisie Télécom prétexte l”inégalité” de traitement des abonnés face à “la complexité de l’ancienne grille" et, comble du ridicule et de la mauvaise foi, clame sa contribution pour "supprimer les disparités régionales.” On ne savait pas Tunisie Télécom défenseur des intérêts de ses clients ou, mieux encore, pourfendeur des inégalités entre les régions.

Les responsables de Tunisie Télécom, à court d’arguments pour expliquer l’inexpliquable, ont également invoqué le coût de la maintenance du réseau. Ils ont sans doute oublié, ou omis de le faire, les millions de dinars qui tombent mensuellement dans l’escarcelle de l’une des plus riches entreprises du pays en provenance de la redevance ADSL, cette dîme systématique,   injustement prélevée sur les utilisateurs d’Internet en Tunisie quelque soit leur fournisseur d’accès au réseau. Le pactole ainsi recueilli va grossir les revenus mirobolants de l’opérateur historique national dont le chiffre d’affaires s’est élevé en 2009 à plus de 1,117 milliard de dollars $ (autour de 1,5 milliards de DT).

En réalité, en renchérissant le coût de la minute du fixe, Tunisie Télécom cherche à faire migrer ses abonnés vers ses nouvelles offres forfaitaires, plus juteuses pour elle, dont les moins élevées démarrent à 20DT/mois alors que les offres actuelles (prépayé et Fixi), assez avantageuses, permettent de limiter considérablement la consommation de la téléphonie fixe chez les ménages (autour de 10 millimes la minute pour le fixe prépayé et forfait de 10DT/mois pour Fixi).

Ces nouvelles entourloupes commerciales de Tunisie Télécom s’ajoutent au verrouillage en règle du dégroupage (l’accès à son réseau fixe par ses concurrents) qui retarde l'arrivée d’Orange, son seul concurrent actuel sur le marché du fixe. Ce faisant, Tunisie Télécom fait payer aux usagers le prix de la régression continue de ses parts de marché dans le mobile (plus de 50% de parts de marché perdus depuis l’arrivée de Tunisiana !) et continue allègrement de traire ses abonnés-vaches à lait qui demeurent prisonniers malgré eux de son monopole sur le fixe et l'ADSL en Tunisie.

Jilani Assanji

jeudi 9 décembre 2010

Tunisie Télécom "harmonise" ses tarifs à la hausse

Chez Tunisie Télécom, on n’a pas fini de vous étonner. Sauf que vous ne risquez plus d’y revenir. Même par hasard. Pour reprendre, en les détournant, des credos publicitaires connus. Notre cher opérateur public, fidèle à ses intentions, toujours bonnes à l’endroit de l’usager qu’on n’a pas fini de traire, vient de nous gratifier de nouvelles offres douteuses, censées crucifier une concurrence qui se fait de plus en plus vive.

On nous annonce d’abord que la minute du fixe local passe de 10/20 millimes (selon la plage tarifaire) à 50 millimes. C'est ce que Tunisie Télécom appelle, avec pudeur, "harmonisation" de ses tarifs. Après l’"ajustement" qui touche régulièrement les prix des denrées alimentaires de base, voici que notre vocabulaire économique national s'enrichit avec des termes qui expriment parfaitement les enjeux des mutations de l'économie nationale.

Plus loin dans le communiqué de presse, on apprend que la redevance du téléphone passe de 8DT/trimestre à 6DT par... mois !! Bravo Tunisie Télécom, bien “harmonisé” !

En réalité, Tunisie Télécom, en renchérissant le coût de la minute du fixe, cherche à faire migrer ses abonnées vers ses nouvelles offres forfaitaires, plus juteuses pour elle, dont les plus intéressantes commercialement démarrent à 20DT/mois alors que les offres forfaitaires actuelles (prépayé et Fixi), assez avantageuses, permettent de limiter considérablement la consommation de la téléphonie fixe chez les ménages (autour de 10 millimes la minute pour le fixe prépayé et forfait de 10DT/mois pour Fixi).

Pour justifier ces hausses tarifaires, Tunisie Télécom évoque les "inégalités et à la complexité de l’ancienne grille" et, comble du ridicule et  de la mauvaise foi, sa contribution pour "supprimer l’inégalité régionale." On ne savait pas Tunisie Télécom porfendeur des inégalités entre les régions !

Ces nouvelles trouvailles commerciales s’ajoutent au verrouillage en règle du dégroupage (l’accès à son réseau fixe par ses concurrents) qui retarde l'arrivée d'Orange sur le marché du fixe. Ce faisant, Tunisie Télécom continue allègrement de traire ses vaches à lait que sont ses usagers qui demeurent encore prisonniers de son monopole sur le fixe et l'Adsl en Tunisie.

Jilani Assanji